Le Tango et vous

L'esprit de l'association Al Tango Fuerte

 

     Vous avez rencontré le Tango ou bien c’est le Tango qui vous a rencontré…

     Derrière ce mot magique, se révèle tout un univers, qui s’est développé avec vigueur dans le monde entier, dans un mouvement de va-et-vient entre les continents, à partir de l’Argentine et de l’Uruguay, tout spécialement entre Buenos Aires et Paris, dès le début du XXème siècle (voir "Quand le tango argentin passait par Paris" et l'ouvrage "Le Tango argentin en France" par Christophe Apprill - éditions Anthropos 1998).

     C’est un art dans une culture, avec de multiples facettes : il est musique, chanson, danse, poésie, littérature, théâtre, sculpture, photo, peinture ; culture populaire en tout cas, promouvant le lien social. Extrait de son environnement culturel, le Tango ne sera qu’une coquille vide !

 

     Le Tango dansé (et aussi la Milonga (*) et la Valse argentine) a la faveur du plus large public ; il a plusieurs visages :

  • le Tango de Salón (Tango de bal), avec des styles différents selon les quartiers de Buenos Aires ;
  • suite aux évolutions plus récentes, le Tango de scène (escenario), avec spectacles chorégraphiés, pratiqué par des danseurs professionnels en général ;
  • et puis le Tango nuevo, le Tango Fantasia.

(*) Comme on le sait, ce mot de "milonga" désigne aussi le bal argentin et le lieu où on danse.

      

     En résumé : tradition et évolution, le Tango n’a jamais été figé, et il reste cependant intemporel.

 

Vos attentes

 

     Que recherchez-vous ? Faites quelques visites sur plusieurs sites d’associations, sans vous limiter à celles proches de votre domicile. Étudiez leurs propositions.

     Voulez-vous danser en couple, danser aussi en bal, et/ou faire des rencontres, connaître une culture, avoir une activité de loisirs ponctuelle, participer à un spectacle ? Définir vos objectifs afin d’éviter les déconvenues.

 

Ce qu’il est utile de savoir

 

     Il n’existe pas de titre de "professeur de Tango argentin", qui serait sanctionné par un diplôme. Car il n’existe pas de codification de cet art, lequel reste vivant, et non figé, susceptible d’évolution. En effet, il n'y a pas, à proprement parler, de "professeurs", vu qu'il n’y a rien à "professer" (voir notamment "Les voeux 2010 de Jean-Pierre Roche, président de Tango Bordeaux" :

http://www.tangobordeaux.info/-nos-documents-.html)

 De ce fait, il n’y a pas non plus d’"élèves". A l’instar de bien des associations, au terme de "professeurs", nous préférons celui de "passeurs". Et, au terme d'"élèves", pourquoi ne pas substituer le joli mot d'"apprentis" ? En Tango, comme en tous domaines, ne sommes-nous pas tous et ne restons-nous pas tous des apprentis ?

     Par ailleurs, on notera que, le secteur de l'apprentissage du Tango étant très lucratif, l’offre est abondante, voire pléthorique. Ce sera à chacun de choisir avec circonspection, selon ses attentes. Néanmoins, il est prudent de se méfier des annonces ronflantes et d’avoir à l’esprit que prix et qualité ne sont pas forcément synonymes. Quitte à investir, autant le faire avec des danseurs professionnels. 

      Vous trouverez aussi dans les associations des "passeurs" de Tango plus expérimentés que vous, qui se feront un plaisir de vous aider à acquérir les bases vous permettant de suivre des stages animés par des maestros, puis à pratiquer ; cette transmission se fait donc en grande partie selon le mode des traditions populaires.

     (A noter que, si vous êtes seul, il est possible de trouver sur place un(e) partenaire ; toutefois, les associations ne sont pas tenues de vous en procurer)

 

Les ateliers d’Al Tango Fuerte, leur esprit, les objectifs et les moyens

 

     Nous pratiquons le Tango de Salón (ou "Tango de bal"), inspiré plus particulièrement du style Villa Urquiza (du nom du quartier de Buenos Aires où il s’est développé), style qui se définit par la sobriété, mère de l’élégance, et par le sens du compás, la danse dans la musique dans toutes ses nuances.

     Les ateliers sont fondés sur l’échange et la connaissance de la culture Tango dans ses dimensions musicale, dansée, poétique et socioculturelle. Nous vous guidons dans votre exploration de cet univers. Nous y accueillons les personnes de tous âges et venant de tous horizons.    

     Sans musique, il ne saurait y avoir de Tango. Il y a l’orchestre et vous, dont le couple devient instrument supplémentaire, dans l'espace qu'habitent les corps, en harmonie avec l'espace sonore, en ses différentes couches (instruments et voix du chanteur). Grâce à votre compréhension, à la finesse de votre écoute, visible dans vos mouvements et déplacements, vous apprendrez à jouer à deux en harmonie et à vous intégrer dans le bal. 

     Nous vous aidons à pratiquer l’éveil corporel, pour vous permettre de vous déplacer avec aisance dans une posture correcte. C’est grâce à la prise de conscience corporelle et à une maîtrise de la dynamique que vous serez à même de créer votre danse, car le Tango ne se résume pas à restituer mécaniquement des séquences apprises par cœur, sans se soucier de la musique ; ce serait alors de la gymnastique ou autre...

     Pour un développement de cette approche, nous vous invitons à vous reporter à l'entretien qu'a eu Pablo Verón avec Valérie Sanchou en janvier 1999, ainsi qu'à l’article de Fabrice Hatem intitulé "Développer sa conscience corporelle : Une absolue nécessité pour le danseur de Tango", paru dans le numéro 68 d'avril 2010 de La Salida.

 

      Enfin, nous vous guidons sur le chemin de la prise en charge par vous-mêmes de votre apprentissage. Chacun pourra alors mener sa propre recherche. Apprentis, certes, mais aussi "chercheurs"...

 

 © AB-D décembre 2012

actualisé mai 2013

 

     Pour encore plus de détails sur cette démarche, on visitera avec profit les sites d'associations et organismes, parmi d’autres, dont nous partageons les valeurs :

 et aussi ceux de :