En parcourant le calendrier...

Trimestres 1 (suite), 3 et 4.

 

 

 

En mars

Le 3

 

Roberto Maida

 

(Né le 3 mars 1908 - Italie – mort le 30 mars 1993), violoniste, parolier, chanteur.

 

Il a enregistré de 1929 à 1938 .

De 1935 à 1938, ce fut un des chanteurs attitrés de Francisco Canaro, avec Charlo (de 1928 à 1937), Ada Falcón (de 1929 à 1938) et Ernesto Famá (de 1933 à 1934).

 

Voici le tout dernier tango qu'il ait enregistré :"Mano a mano", le 13 décembre 1938.

 

 

Le 5

 

    Francisco García Jiménez, dramaturge, journaliste, écrivain, poète et parolier de tango.

(22-09-1899 – 05-03-1983)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un des tangos dont il a écrit les paroles :

"Oigo tu voz" - Tango de 1943 - Musique de Mario Canaro, ici interprété par Lucio Demare (avec au chant Raúl Berón) :

 

 

 Mort le même jour que Francisco García Jiménez, 

Abel Aznar, parolier et compositeur.

26-06-1913 - 05-03-1983

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un des tangos dont il a écrit les paroles :

"Y todavia te quiero", ici par Carlos Di Sarli, avec Roberto Florio au chant, en 1956.

 

Le 6

 

 L’artiste du jour Lucio Demare, musicien, compositeur, chef d'orchestre, pianiste.

Né le 9 août 1906 mort le 6 mars 1974.

 

 

 

 

 

 Parmi ses plus beaux tangos : Dandy (1928), Malena (1942), Mañana zarpa un barco (1942), Solamente ella.

 

Voici le tango « Malena », joué au piano par le compositeur :

 

Le 7

 

Ricardo Luis Brignolo ("La Nena"), bandonéoniste, chef d’orchestre, compositeur.

(07-03-1892 – 27-03-1954).

Lito Bayardoparoliermusicienchanteur.

 (03-03-1905 – 07-03-1986)

 

 

 

 

 

 

 

 

Écoutons “Nueve de Julio” - Tango milonga – Musique : José Luis Padula (1908) – Texte : Lito Bayardo, Interprété ici par La Orquesta de Ricardo Brignolo, avec Agustín Magaldi au chant.

 

Le 8

 

Enrique Rodríguezbandonéoniste, chef d’orchestre et compositeur.

(8 mars 1901 - 4 Septembre 1971)

 

 

 

 

 

 

 

Voici la valse Con tu mirar - (musique d'Eusebio Severo Giorno - paroles de Norberto Canosa), enregistrée par Enrique Rodríguez, avec Armando Moreno au chant, en 1941.

Alberto Echagüe, musicien, chanteur.

(08 mars 1909 - 22 février 1987)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le tango 'Indiferencia' enregistré avec l'orchestre de Juan D'Arienzo en 1938.

 

Le 10

 

  Teófilo Ibañez, musicien, chanteur, compositeur.

 22 07-1907 – 10-03-1986.

 

Il a chanté avec de nombreux orchestres de 1928 à 1939. 

 

 

 

 

 

Voici la valse "Lejos de ti" (paroles de Manuel Meaños - musique de Mauricio Saiovich), enregistrée avec Rodolfo Biagi en 1938.

 

 

 

 

 

     José Canet, musicien, compositeur, chanteur, guitariste.

 

15-12-1915 – 10-03-1984.

 

Il a accompagné Nelly Omar de 1970 à 1981, notamment sur le tango "La maleva", la valse "Dos corazones" (en 1979), etc.

 

Voici le tango "Yo no sé por qué te quiero", par Nelly Omar, accompagnée des guitares de José Canet en 1979 : 

 

 

 

 

     Jorge Omar chanteur.

     10-03-1911 – 24-02-1998.

 

     A chanté de 1930 à 1943, essentiellement avec l'orchestre de Francisco Lomuto.

 

 

 

 

  

 

Là, c’est avec l’orchestre d’Antonio Bonavena, en 1932 qu’il chante le tango "Lunes".

   Rafael Tuegols, violoniste, compositeur.

11 mars 1889 – 23 avril 1960.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est le compositeur du fameux "Zorro gris", dont voici l’interprétation par Osvaldo Pugliese, en 1969.

 

 

 

     Julio De Caro, violoniste, chef d’orchestre, compositeur.

11 décembre 1899 - 11 mars 1980.

 

 

 

 

 

 

 

Il interprète ici le magnifique tango  "Flores negras" :

 

 

 

    Ástor Piazzolla, bandonéoniste, chef d’orchestre, arrangeur, compositeur.

11 mars 1921 – 6 juillet 1992.

 

 

 

 

 

 

Que faire écouter de Piazzolla ? Sinon le plus connu : Libertango...

 

     Ubaldo De Lío, guitariste.

     11 mars 1929 – 24 avril 2012.

 

     

 

 

 

 

 

 

 

 

On connait ses fameux duos guitare - piano avec Horacio Salgán, comme celui-ci, sur le tango "Hotel Victoria", en 1981 :

 

Le 12

 

Carlos Dante, chanteur.

 (12 Mars 1906 - 28 Avril 1985).

 

Il a chanté de 1928 à 1957, avec Juan D'Arienzo (en 1928), avec Rafael Canaro et Francisco Canaro (de 1929 à 1932), avec Miguel Caló (de 1934 à 1936), et surtout avec Alfredo De Angelis (de 1944 à 1957).

 

 

 

 

Voici le tango "Remembranza", enregistré avec l'orchestre d'Alfredo De Angelis le 28-12-1954 . Texte et traduction en français.

 

Le 13

 

Enrique Campos, chanteur

(10 mars 1913 - 13 mars 1970).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le tango Una Emoción - Ricardo Tanturi c. Enrique Campos 17-11-1943.

 

 

 

Héctor Mauré, chanteur

(13 mars 1920 - 12 mai 1976).

 

 

 

 

 

 

 

Voici le tango Claudinette par Juan D'Arienzo - Héctor Mauré, 1942-08-12

 

 

 Alejandro Szwarcman, écrivain, poète, parolier, membre de l'Académie nationale du Tango,

 

(13-03-1961 - )

 

 

On lui doit notamment une très intéressante étude sur Homero Expósito, intitulée "Homero Expósito, y el color del mate amargo". 

Nous y faisons référence sur la fiche consacrée au tango "Trenzas".

 

Le 14

 

     Rodolfo Biagi, musicien, compositeur, pianiste (14 mars 1906 – 24 septembre 1969).

 

 

 

 

 

 

 

 
Voici le tango “
Canción de rango” par Rodolfo Biagi
, c. 
Carlos Acuña en 1943.

 

Le 15

 

Héctor Pacheco, chanteur.

(15 mars 1918 – 28 juillet 2003)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Écoutons-le chanter le tango "Sollozos", avec l’orchestre d’Osvaldo Fresedo, en 1952 :

 

 

 

Alberto Morán, musicien, chanteur.

 (15 mars 1922 - 16 août 1997)

 

 

 

 

 

 

 

 

     Écoutons-le chanter le tango "Desvelo", avec l’orchestre d’Osvaldo Pugliese , en 1953 :

 

 

Le 16

 

Juan Canarobandonéoniste, compositeur, chef d’orchestre.

(26 juin 1892 - 16 mars 1977)

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le tango "Remembranzas" par Juan Canaro, c. Susy Leiva -1954 ?

 

 

Isabel De Angelis ("Gigi"), pianiste, chanteuse, compositrice.

(16 mars 1955 - )

 

 

 

 

 

 

 

Écoutons-la chanter en public le tango Lunesavec l’orchestre d’Alfredo De Angelis, en 1976 :

  

Le 17

 

Luis Brighenti, pianiste, chef d'orchestre, compositeur.

(3 décembre 1906 - 17 mars 1984)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le tango Ensueños - Musique : Luis Brighenti, enregistré par Carlos Di Sarli, en 1943 :

 

 

 

Enrique Maroni, parolier.

 

(17 mars 1887  30 décembre 1957)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Outre les premières paroles de "La Cumparsita", on lui doit les textes d'une quarantaine de tangos, milongas, etc.

Ici la milonga "Tortazos", enregistré par Osvaldo Pugliese, avec Roberto Chanel au chant, en 1944 :

 

Le 18

 

Héctor Blomberg, journaliste, poète, parolier.

(18 mars 1889 – 3 avril 1955)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici la valse "La pulpera de Santa Lucía" dont il a écrit les paroles en 1929 (musique d’Enrique Maciel), enregistrée par Emilio Balcarce, avec Alberto Castillo, en 1945 :

 

 

Le 19

 

Horacio Sanguinetti, parolier.

(19 mars 1914 – 19 décembre 1957).

 

 

 

 

 

 

 

 

     Écoutons le tango "Viviane de Paris(musique de Carlos Viván), enregistré par Ricardo Tanturi, avec Roberto Videla au chant, en 1946.

 

Le 20

 

Héctor Palacios, chanteur, parolier, compositeur.

(20 mars 1909 - 8 avril 1987).

Il a chanté de 1936 à 1942, ainsi qu'en 1955, accompagné de guitares.

 

Il chante ici Remembranza, en 1937 :

 

Le 21

 

Mario Bustos, chanteur, parolier.

(21-03-1924 – 02-01-1980)

Il a chanté de 1949 à 1963, en particulier de 1957 à 1959 avec Juan D’Arienzo.

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le tango « La bruja », enregistré avec Juan D’Arienzo en 1959.

Félix Lipeskerbandonéoniste, compositeur.
(15-01-1913 - 22-03-1970) 

 

 

 

 

 

 

 

 

      

Ecouter la milonga "Arrabal(musique Félix Lipesker - paroles : Homero Manzi), chantée par Alejandro Guyot, accompagné à la guitare par Darío Barozzi (Voir texte  et traduction).

 

Le 23

 

Francisco De Caro, pianiste, compositeur.

(23-03-1898 – 31-07-1976)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Voici le tango “Flores Negras” (Musique : Francisco De Caro – Paroles : Mario Gomila), par Julio De Caro dans son enregistrement de 1942

 

Le 24

 

     C'est, en Argentine, la Journée nationale du Souvenir pour la Vérité et la Justice (Día Nacional de la Memoria por la Verdad y la Justicia).

     L'Argentine se souvient aujourd'hui, du coup d'Etat du 24 mars 1976 qui a porté le général Jorge Rafael Videla au pouvoir et a marqué le début de la dictature répressive et sanglante (soutenue par les Etats-Unis). Elle a duré sept années, pendant lesquelles quelque 30.000 personnes sont mortes ou ont disparu !

 

 

Le 25

 

Osvaldo Requena, musicien, compositeur, pianiste (29-07-1931 - 25-03-2010)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici "Los cien barrios porteños" - Valse de 1945 (Musique de Rodolfo Sciammarella – Paroles de Carlos Artagnan Petit - voir texte et traduction), enregistré par Osvaldo Requena avec Alberto Castillo au chant, en 1960 :

 

 

Le 27

 

Ricardo Luis Brignolo ("La Nena"), bandonéoniste, chef d’orchestre, compositeur.

(07-03-1892 – 27-03-1954).

 

 

 

 

 

 

 

 

Il a composé une vingtaine de tangos, dont le célèbre "Chiqué" (El Elegante) en 1920. On en connait une cinquantaine d'enregistrements, de 1921, avec celui de Roberto Firpo, jusqu'en 2007, avec celui de l'Ensemble Hyperion.

 

Voici la version qu'en a enregistrée le compositeur lui-même, en 1929 :

 

 

 

    Enrique Santos Discépolo, poète, dramaturge, acteur, parolier, metteur en scène, compositeur.

(27 mars 1901 - 23 décembre 1951)

 

 

 

 

 

 

 

     Une de ses œuvres les plus caractéristiques (paroles et musique) : le tango '"Cambalache" (1935). En voici la version enregistrée par Francisco Canaro, avec Tita Mrelolo au chant, en 1956 :

 

 

Le 28

 

Gerardo Hernán Matos Rodríguez, musicien, compositeur, pianiste uruguayen, l’auteur en 1915-1916 de “La Cumparsita”.

(28-03-1897 – 25-04-1948)

 

 

 

 

 

 

 

     Sur la quarantaine d'autres œuvres qu'il a composées, citons le tango "Adiós, Argentina" ou encore le tango "Botija linda", que voici, enregistré par la Orquesta Típica Victor en 1927 :

 

Le 29

 

Luis Alberto Fernándezmusicien, compositeur, pianiste.

 

(29/03/1887 - 22/09/1947).

 Luis Alberto Fernández n'a composé que deux tangos et le seul qui ait été enregistré est le célèbre “El Pollo Ricardo”, dédié à son ami Ricardo Scandroglio, danseur et pianiste.

L'autre est intitulé "Intervalo", les paroles sont d'Enrique Cadícamo.

 

 

 

 

  

Ricardo Scandroglio 

"El Pollo Ricardo"   

 

Voici "El Pollo Ricardo" par l’orchestre de Juan D'Arienzo, dansé ici par Rodrigo Rufino et Gisela Passi au Festival de Tango El corazón des Abbesses (le 29 juin 2013).

 

 

Floreal Ruíz, musicien, chanteur.
(29-03-1916 - 17-04-1978)

A enregistré de 1943 à 1963, principalement avec Aníbal Troilo et avec Francisco Rotundo.

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici la valse “Lagrimitas de mi corazón” (musique d’Enrique Rodríguez - paroles d’Enrique Cadícamo) par Aníbal Troilo, avec Floreal Ruíz et Edmundo Rivero au chant, enregistrée en 1948 (Voir texte et traduction). Elle est dansée, là encore par Rodrigo Rufino et Gisela Passi, lors de la même manifestation (le 29 juin 2013).

 

  

     On saute ici directement aux troisième et quatrième trimestres !

 

En juillet

 

Le 9

 

 

     L'Argentine célèbre la Fête de l’indépendance (Día de la Independencia), qui commémore la Déclaration d’Indépendance des Provinces-Unies en Amérique de Sud (Congrès de Tucumán de 1816), marquant la fin de l’emprise espagnole.

 

 

 

 

 

 

     De nombreux tangos se rapportent à cet événement. Parmi ceux-ci, le tango portant le titre Nueve de Julio, composé par José Luis Padula en 1908.

 

 

      Concernant l'histoire de ce tango, on trouvera toutes informations sur le site argentin Diario Andino, où Walter Ércoli, dans sa publication du 12/07/2013.

 

     On connaît plusieurs textes pour ce tango :

 

      Les deux  textes sont dus à Eugenio Cárdenas (répertoriées sous Cárdenas 1 et Cárdenas 2) évoquent les heures glorieuses de la libération et mentionnent "l'Hymne qui, majestueux, monte des lèvres argentines".

     Walter Ércoli relève notamment deux enregistrements utilisant les textes d'Eugenio Cárdenas :

  • l'interprétation par la Orquesta Típica Brunswick, où Teófilo Ibañez chante le couplet commun aux deux versions du texte en 1931,
  • et la version d'Osvaldo Tarantino, Alberto Marino chante toutes les strophes en 1964. (Nous n'avons pas retrouvé cet enregistrement).

 

 

 

     Voici la version Orquesta Típica Brunswick - Teófilo Ibañez :

 

   

     Walter Ércoli mentionne encore qu'à la demande d'Agustín Magaldi, qui ne souhaitait pas enregistrer les paroles d'Eugenio Cárdenas (sans doute trop pompeuses !), d'autres paroles ont été écrites par Lito Bayardo ; elles se réfèrent au quartier de Buenos Aires qui porte ce nom (Nueve de Julio) et non à l’événement que l'on commémore à cette date...

     

     Ces paroles de Lito Bayardo ont été les plus populaires, Elles ont été chantées par Agustín Magaldi, en 1931 et, la même année, comme on l'entend ci-dessous, par Ernesto Famá avec la Orquesta Típica Columbia, ainsi que par Alberto Margal, en 1950 

 

 

 

 

 

     Enfin, d'autres paroles, écrites par Ricardo M. Llanes utilisent beaucoup de vocabulaire lunfardo, à la manière de Pascual Contursi ; elles ont été chantées par Juan Carlos Marambio Catán.

 

     Sur le sujet, le blog Tanguistas reproduit un article intéressant de José Gobello (Conversando tangos - Buenos Aires, A. Peña Lillo Editor, 1976). 

 

 

     Quoi qu'il en soit de ces différents textes, les versions que l'on entend le plus souvent, ce sont les versions instrumentales de Juan D'Arienzo, notamment celle qu'il a enregistrée en 1935.

 

 

     Par ailleurs, c'est pour le Centenaire qu'Alfredo Bevilaqua a donné pour la première fois, sur l'avenue de Mai, son tango Independencia (paroles d'Antonio Polito).

 

     En voici la version enregistrée par Juan D'Arienzo en 1942.

 

 

Le 11 

     Chaque année en Argentine, c’est la journée du bandonéon (El Día del Bandoneón).

     

     En 2014, le 11 juillet a été particulièrement célébré puisqu'on y commémorait le centenaire de la naissance de celui qui est considéré comme "El Bandoneón Mayor de Buenos Aires", le maestro Aníbal Troilo, exceptionnel musicien et personnalité si attachante ! El Gordo reste dans les mémoires et dans les coeurs de tous les amoureux du Tango...Bien après qu'il s'est tu, les accents de ton "soufflet", Pichucone cessent de nous émouvoir...

 

 



Le 15

    En 2015, c'est le cent quinzième anniversaire de la naissance (en 1900 donc) d'Enrique Cadícamo.



     Né le 15 juillet 1900 de parents d'origine italienne, dans la province de Buenos Aires, il est le dernier né d'une fratrie de dix enfants. Il passe son enfance dans la petite ville de Luján, avant que sa famille vienne s'installer à Buenos Aires, d'abord dans le quartier de Floresta, puis dans celui de San José de Flores. Il entre à 18 ans aux archives du Conseil National de l'Éducation, où il rencontre des figures éminentes du monde des lettres portègnes, comme Leopoldo Lugones et Pablo Suero qui l'incite à se tourner vers la poésie populaire. Il fréquente les différents milieux de la bohème littéraire portègne, qui se réunissent selon leurs affinités dans les cafés comme El Telegrafo, au centre ville, ou Paulista, dans le quartier de Flores. Il connaît son premier grand succès public en 1925 avec le tango Pompas de jabón, mis en musique par Roberto Emilio Goyheneche (et enregistré par Carlos Gardel), bientôt suivi par un deuxième hit, ¡ Che papusa, oí ! en 1927. Il entreprend ensuite de nombreux voyages, alternant à partir de la fin des années 1920 de longs séjours en Europe (1928 et 1931), en Amérique latine (1935) et aux États-Unis (1935, 1937) avec des retours à Buenos Aires. Il continue ensuite ses activités à Buenos Aires dans les années 1940, mais ses textes de tangos se font plus rares à partir de 1950. Il meurt à Buenos Aires le 3 décembre 1999, quelques mois seulement avant de devenir centenaire... Lire la suite de cette biographie présentée par Fabrice Hatem dans La Salida N° 46 (octobre-novembre 2005).

 

     Parmi ses compositions les plus connues, notons encore Muñeca brava (1929), Anclao en París (1931), ainsi que Madam’ Ivonne (le dernier tango enregistré par Carlos Gardel en Argentine en 1933), Al Mundo le falta un Tornillo (1933), Nostalgias (1936), Niebla del Riachuelo (1937), Tres esquinas (1941), Pocas palabras (1941), Tres Amigos (1942), Pa' que bailen los muchachos (1942) et Los mareados (1942)Garúa (1943)ou encore, pêle mêle, Ángel Vargas El Ruiseñor, Café Dominguez, Ensueños, Llorar por una mujer ou Melodía Oriental.

 

     Écrivain prolifique, il a également publié trois recueils de poésie (Canciones grises, en 1926; La luna del bajo fondo, en 1940; et Viento que lleva y trae, en 1945), trois biographies et ouvrages historiques (El debut de Gardel en París, La historia del tango en Paris et Mis memorias), ainsi que des œuvres théâtrales et cinématographiques.

     En hommage à son œuvre, le gouvernement argentin a déclaré Cadícamo Citoyen illustre de Buenos Aires en 1987. Il est également déclaré Personnalité émérite de la Culture argentine en 1996.

 

     Un clic sur certains des titres de tangos ci-dessus en ouvre le texte et une traduction en français. 

 

 

En septembre

 

Le 29

     

     C'est la Journée du Milonguero (El Día del Milonguero), instituée en juillet 1993 par Oscar Héctor Malagrino. Cette date a été choisie en souvenir de la naissance de Carlos Estévez "Petróleo" (1912-1995)créateur d'une nouvelle esthétique dans le Tango des années 40.

 

         Jorge Dispari parle de Carlos Estévez :

     "Don Carlos Estévez "Petróleo" a créé une  nouvelle danse pour la musique nouvelle née en 1927 avec Julio De Caro, continuée en 1935 avec Juan D’Arienzo, en 1937 avec Ricardo Tanturi et Pedro Laurenz et encore en 1938 avec Aníbal Troilo et bien d’autres orchestres. Cette nouvelle danse, on l'a dénommée tango nuevo ou néotango... on rêve ! Il reste que [Petróleo] fut un véritable génie ; on danse encore aujourd'hui le tango qu’il a inventé."

 

 

 

     Voici Petróleo avec Alejandrasur Yapeyú par Juan D'Arienzo (enregistrement de 1951).

 

 

 

En décembre

 

Le 2

 

     Le 2 décembre 1905, naissait à Buenos Aires le grand musicien Osvaldo PugliesePianiste, chef d'orchestre et compositeur, il a consacré la majeure partie de sa vie au Tango.

 

     Outre les magnifiques arrangements qu’il a écrits et joués sur des thèmes traditionnels, on admire ses propres compositions, entre autres : Recuerdo (1924), El encopao (1942), Recién (1943), La yumba (1946), ou encore Malandraca (1948) et Negracha (1949).

 

     Il a largement contribué au développement du Tango joué pour le bal ou en concert. 

     Sa musique est très recherchée encore aujourd'hui par les danseurs, pour le caractère de ses interprétations aux rythmes variés, alternant passages d'une extrême douceur lyrique et des passages d'énorme puissance, permettant de danser tour à tour de manière sensible ou plus spectaculaire.

     Osvaldo Pugliese est mort le 25 juillet 1995, à près de 90 ans.

 

     Avec tous ses admirateurs, nous lançons la triple invocation rituelle "porte-bonheur" :

Pugliese ! Pugliese ! Pugliese !

 

     Voici son interprétation de La Yumba (1946), le maestro étant au piano.

 


Le 11


 

     En Argentine, c'est la Journée Nationale du Tango (El día nacional del Tango)en souvenir de la naissance à Toulouse le 11 décembre 1890 d'un certain Charles Romuald Gardes, dit Carlos Gardel.

     

     Le 11 décembre, c’est aussi, en 1899, la date de la naissance à Buenos Aires de Julio De Caro.

 

 

 

Le 14

 

 

C'est l'anniversaire de la naissance, en 1900, de Juan D'ArienzoEl Rey del compás !

 

Le 20

 

       Le 20 décembre 2013, disparaissait Nelly Omar. De son vrai nom Nilda Elvira Vattuone, elle était née le 10 septembre 1911.

     Actrice argentine de grand renom pendant l'âge d'or du cinéma argentin, sa carrière cinématographique a commencé en 1940.

Elle eut aussi beaucoup de succès comme chanteuse de tango, participant à de nombreuses émissions de radio ; elle a chanté la canción criolla avec Francisco Canaro ou encore avec Roberto Grela.

Après l'éviction de Juan Perón, en 1955, elle a été portée sur la liste noire pour avoir chanté La Descamisada (*), hymne à la gloire d'Evita PerónNelly Omar fut alors interdite et dut s'exiler à Montévidéo puis au Vénézuela jusqu'en 1972.

Après son retour, elle a chanté avec José Canet ou encore avec Alberto Di Paulo et est restée très active jusqu'à sa mort, à 102 ans.

(*) Los Descamisados (les "Sans-chemises") : c'est le nom que se donnaient les ouvriers partisans de Perón.

La Descamisada milonga dont la musique est due à Antonio Helú et les paroles à Enrique MaroniEn voici le texte :

 

Soy la mujer argentina,

la que nunca se doblega

y la que siempre se juega

por Evita y por Perón.

Yo soy la descamisada,

a la que al fin se le escucha,

la que trabaja y que luchapara

el bien de la Nación.

 

La que mañana en las urnas

hará valer sus ideales,

para que sigan triunfales

las obras del General.

Yo soy la descamisada

surgida del peronismo,

que ostenta el Justicialismo

como emblema nacional.

 

Soy la mujer argentina,

del 17 de octubre (**),

la que de orgullo se cubre

porque es grande mi Nación.

Yo soy la descamisada,

que si es necesario, un día

hasta la vida daría

por Evita y por Perón.

 

 (**) Le 17 octobre 1945 : jour où a eu lieu à Buenos Aires une manifestation de plusieurs centaines de milliers de travailleurs (Los descamisados), manifestation organisée par le syndicat CGT sur la place principale de la capitale, la Plaza de Mayo, pour exiger la libération de Juan PerónÉvénement fondateur du péronisme, ce jour est commémoré sous le nom de Jour de la Loyauté (Día de la Lealtad).

 

 


Le 21


     Le 21 décembreà Buenos Aires commence l'été... Alors, voici Invierno porteño (!) par Astor Piazzolla. 

 

 

     Le 21, nous nous souvenons aussi d'Horacio Ferrer, mort en 2014. "El Duende del Tango", grande figure du Tango, fut poète, écrivain, historien, homme de radio et de télévision et aussi chanteur...  

 

    Président de l’Academia Nacional del Tango de la República Argentina, il fut l'un des écrivains qui ont renouvelé l'expression littéraire du Tango.

     Parmi ses textes les plus connus : Balada para un loco (1969), immortalisée par la musique d'Astor Piazzolla.

 

 

 

Le 23

 

 Nous nous souvenons de

  • Francisco Juan Lomuto (Pancho Laguna), pianiste, compositeur, chef d'orchestre (24 novembre 1893 - 23 décembre 1950)

et de

  • Enrique Santos Discépolo, poète, dramaturge, acteur, parolier, metteur en scène, compositeur (27 mars 1901 - 23 décembre 1951).

     Pour réunir ces deux figures du Tango, voici Martirio, paroles et musique d'Enrique Santos Discépolo, joué ici par  Francisco Lomuto.

 

 

            Voir aussi sur ce site le tango Infamia, paroles et musique d'Enrique Santos Discépolo.

 

 

 

 

 

 Rédigé/composé par F. Benoist - © Juillet 2014

 Actualisé décembre 2016

 

 

 Haut de page