--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

 

Dans l'actualité de juillet

 

Le 3

 

     Anniversaire de la création, en 2012, de l'association Al Tango Fuertepour succéder à l'association Alençon Tango, qui s'est trouvée malheureusement dissoute... 

    Le "Phoenix" (!) a pu renaître de ses cendres, maintenant plus fort (d'où le nom de l'association).

     Avec Al Tango Fuerte, pendant ces 4 années, nous avons eu à coeur de faire connaître et aimer le Tango argentin, sa culture, son esprit, à Alençon et aux alentours.

 

 

 

 

 

    "ARDENSCIT ET VIRESCIT" 

Pièce de "10 décimes" Banco Nacional de Buenos-Aires -  1830

 

 

Le 9


 

     L'Argentine célèbre la Fête de l’indépendance (Día de la Independencia), qui commémore la Déclaration d’Indépendance de 1816, marquant la fin de l’emprise espagnole sur le pays 

                                            

                                                                                                                                                                                                                                                                                            Ici, devant le Teatro Colón

 

 

Le 11 

     Chaque année en Argentine, c’est la "Journée du bandonéon" (El Día del Bandoneón).

    En 2014, le 11 juillet a été particulièrement célébré puisqu'on y commémorait le centenaire de la naissance de celui qui est considéré comme El Bandoneón Mayor de Buenos Aires, le maestro Aníbal Troilo, exceptionnel musicien et personnalité si attachante ! El Gordo reste dans les mémoires et dans les cœurs de tous les amoureux du Tango...

     Bien après qu'il s'est tu, les accents de ton soufflet, Pichuco, ne cessent de nous émouvoir...

  

 

 

 

 

 

     Parmi ses plus belles compositions : le tango Mi tango triste (1946) - Voir paroles et traduction sur ce site.

 

     

     Voici aussi "El Gordo", très inspiré, dans son interprétation du Tango "Danzarin" de Julián Plaza :

 

 

 

Le 15

    Anniversaire de la naissance (en 1900) d'Enrique Cadícamo.

 

     Né de parents d'origine italienne, dans la province de Buenos Aires, il est le dernier né d'une fratrie de dix enfants. Il passe son enfance dans la petite ville de Luján, avant que sa famille vienne s'installer à Buenos Aires, d'abord dans le quartier de Floresta, puis dans celui de San José de Flores. Il entre à 18 ans aux archives du Conseil National de l'Éducation, où il rencontre des figures éminentes du monde des lettres portègnes, comme Leopoldo Lugones et Pablo Suero qui l'incitent à se tourner vers la poésie populaire. Il fréquente les différents milieux de la bohème littéraire portègne, qui se réunissent selon leurs affinités dans les cafés comme El Telegrafo, au centre ville, ou Paulista, dans le quartier de Flores. Il connaît son premier grand succès public en 1925 avec le tango Pompas de jabón, mis en musique par Roberto Emilio Goyheneche (et enregistré par Carlos Gardel), bientôt suivi par un deuxième hit, ¡ Che papusa, oí ! en 1927. Il entreprend ensuite de nombreux voyages, alternant à partir de la fin des années 1920 de longs séjours en Europe (1928 et 1931), en Amérique latine (1935) et aux États-Unis (19351937) avec des retours à Buenos Aires. Il continue ensuite ses activités à Buenos Aires dans les années 1940, mais ses textes de tangos se font plus rares à partir de 1950. Il meurt à Buenos Aires le 3 décembre 1999, quelques mois seulement avant de devenir centenaire...

Lire la suite de cette biographie présentée par Fabrice Hatem dans La Salida N° 46 (octobre-novembre 2005).

 

     Parmi ses compositions les plus connues, notons encore Muñeca brava (1929), Anclao en París (1931), ainsi que Madam’ Ivonne (le dernier tango enregistré par Carlos Gardel en Argentine en 1933), Al Mundo le falta un Tornillo (1933), Nostalgias (1936), Niebla del Riachuelo (1937), Tres esquinas (1941), Pocas palabras (1941), Tres Amigos (1942), Pa' que bailen los muchachos (1942), Los mareados (1942), Garúa (1943), ou encore, pêle mêle, Ángel Vargas El Ruiseñor, Café Dominguez, Ensueños, Llorar por una mujer ou Melodía Oriental.

 

     Écrivain prolifique, il a également publié trois recueils de poésie (Canciones grises, en 1926 ; La luna del bajo fondo, en 1940; et Viento que lleva y trae, en 1945), trois biographies et ouvrages historiques (El debut de Gardel en París, La historia del tango en Paris et Mis memorias), ainsi que des œuvres théâtrales et cinématographiques.

 

     En hommage à son œuvre, le gouvernement argentin a déclaré Cadícamo "Citoyen illustre de Buenos Aires" en 1987. Il a été également déclaré "Personnalité émérite de la Culture argentine" en 1996.

 

     Un clic sur certains des titres de tangos ci-dessus en ouvre le texte et une traduction en français.

 

     Écoutons le très beau tango Nieblas del Riachuelo, dont il a écrit les paroles (musique de Juan Carlos Cobián) :

(Vidéo avec texte et sa traduction en anglais par Paul Bottomer ©)